De la solitude du désigné volontaire

2c8c838_0XPy7_QgOnk87aUl9P_-88DR

Lorsque, comme moi, on n’a pas le privilège d’observer la scène politique française avec la détestation de la personne de Jean-Luc Mélenchon au cœur, il est toujours vertigineux, voire même un rien burlesque, de se retrouver un peu seul, groggy, le lendemain d’un événement le concernant. Il y a en effet quelque chose du désigné volontaire, resté debout et les bras ballants au milieu de la cour de la caserne, quand tous les autres sont retournés à leurs vacations ordinaires. S’agissant du spectacle inédit proposé par un procureur, hier matin, j’en reste littéralement comme deux ronds de flanc.

Faisons une généralité, histoire de ne pas chipoter des heures sur les détails. Un jour, admettons que quelque chose advienne au chef de l’opposition de gauche, quelque chose qui obtienne les honneurs du show-business médiatique. Aussitôt, comme tout le monde, de loin, je m’en fais une idée simple, au moins élémentaire, qui me semble partageable, sans dommage pour qui préfère d’autres voies politiques. Je me réfère à la loi, à l’histoire, aux argumentaires des protagonistes. Comme tout le monde, ou du moins le crois-je, j’examine les faits dans leur ordre naturel. Je fais la part de mes opinions, sans les renier. N’étant pas doué de pouvoirs inédits et ne faisant qu’un effort mesuré, je me dis toujours que, sauf les fadas et les nazis, mes contemporains partageront, à quelques variations près, cet agencement intellectuel primitif. Ce sera peu ou prou le cercle de feu autour duquel se retrouveront, demain, tous les chefs à plume pour la danse de la lumière.

Mais le lendemain, dans ce qui devrait être la grande manifestation de sang-froid et d’examen raisonnable de l’actualité, je tombe des nues. A la télévision, dans les journaux, à la radio, sur Internet, je regarde, je lis et j’écoute une longue farandole de fantaisistes, archipel de découvreurs de pépites en chocolat, essaimés au quatre coins de la presse, chacun brandissant son argument imparable pour, non pas éclairer l’événement de la veille, mais détester un peu plus la personne Mélenchon, le froncé, le grondant, l’exagéré — disons-le, le futur despote. Les hallebardiers de la démocratie gardent l’œil ouvert, et le bon.

Mon petit pécule, mes trois sous d’analyse, mes petits croquis de compte-rendu semblent, par comparaison, totalement à côté de la plaque, absolument étrangers au petit monde qui s’anime le jour d’après aux yeux de tous. J’ai manifestement vu quelque chose qui n’inquiète pas grand monde. J’ai la sensation d’être revenu d’un périple dans la nuit après avoir trouvé un objet manufacturé d’origine extraterrestre et pris un selfie avec son fabricant venu des confins de l’espace, et qu’au retour tout le monde hausse les épaules en me disant : « Ben oui, quoi, c’est Ted. »

Ce matin, rebelote. J’ai déjà eu l’occasion de le dire : le climat du journalisme, en France de nos jours, est une discrète déconfiture philosophique. J’ajoute qu’en vingt-cinq ans de carrière dans le journalisme, j’ai constaté qu’aucun homme politique n’était aussi personnellement détesté que Jean-Luc Mélenchon dans les rédactions. C’en est parfois comique. C’est ainsi que la journée de perquisitions, motivées par des instructions pour le moins gazeuses, qu’ont subi les dirigeants de La France insoumise et du Parti de gauche, ainsi que quelques collaborateurs parlementaires, me laisse encore une fois bien seul dans mon petit milieu. De corvée de patates, le jour de la permission.

Bref, à force de ne rien trouver à irrémédiablement détester chez cet homme, je me sens, pour le dire avec clarté, véritablement couillon.

Parfois, une rareté : un éditorialiste ménage la chèvre et le choux. Oui, au fond, Mélenchon avait raison, mais tout de même c’est un enragé. Il a la force du raisonnement mais de vilaines manières. Un autre rappelle opportunément des événements corrélatifs, récemment apparus dans la presse, mais vite disparus au profit de la reprise du dialogue dans la famille de Johnny. Il y a, dans la farandole, des galopins qui ont le rythme dans la peau. Mais pour l’essentiel, non : tous, et surtout parmi ceux qui se réclament de la « gauche modérée » (la gauche morale, atlantiste et The Kooples), ont encore une fois trouvé une bonne raison de détester Mélenchon. Et pour moi, encore un coup dans l’eau. Bref, à force de ne rien trouver à irrémédiablement détester chez cet homme, je me sens, pour le dire avec clarté, véritablement couillon.

Tant pis. J’oublie l’idée glaçante que la police a désormais entre ses mains, pour sa jouissance légitime, l’intégralité des correspondances privées, écrites, informatiques et téléphoniques, du chef de l’opposition de gauche, président du groupe parlementaire le plus batailleur de cette législature. Je minimise la certitude que les services d’investigation de l’Etat disposent à loisir des données personnelles, des notes, des fichiers de travail, des bases de données, du parti dont il est membre, du mouvement qui l’a accompagné lors de l’élection présidentielle, des courriers professionnels et personnels, ainsi que des disques durs et de la copie intégrale de leur téléphone, de ses collaborateurs et de ses anciens assistants. J’omets volontairement l’idée que cet acte de justice aurait pu, en république, être fait avec des égards pour le caractère périlleux de ces intrusions. Je me moque des éventuelles entorses à la loi que ses représentants armés ont éventuellement pu commettre dans leur noble exercice matinal. Je remballe mon idée que l’acte solitaire d’un procureur soit pour le moins parfumé d’arrière-pensées serviles. Je remets à plus tard ma crainte de voir un régime dont les appuis décrochent partout, dirigé seul par un jeune homme dont j’ai eu l’occasion de dire jadis la fragilité, chercher avec jubilation la meilleure combine pour disqualifier son principal adversaire politique, puis se retrouver une fois de plus seul, intouchable, face à son adversaire d’extrême-droite. J’anesthésie ma consternation de voir tous ceux qui détestent la personnalité imaginaire de Jean-Luc Mélenchon, laborieusement inventée au fil des années dans un fumet de ressentiment, de semi-délires et de mensonges par le Tout-Paris des moralistes, trouver dans cette détestation personnelle un appui pour leurs raisonnements et appeler cela un argument politique.

Ah non, ce n’étaient pas les bonnes questions, manifestement. Il fallait se demander si Jean-Luc Mélenchon avait le droit ou non de filmer sa propre perquisition, si l’intégrité physique des parlementaires était oui ou non garantie par la loi, si sa colère était ou non le signe d’une mentalité maniaque, si sa dénonciation de l’instrumentalisation politicienne de l’appareil d’Etat était dangereuse ou non pour notre précieux mode opératoire démocratique… Questions qui, pour moi, sont vraiment secondaires, voire tertiaires, voire enfin « diversement stupides« , comme maître Debussy qualifiait les morceaux d’opérette alignés par l’orchestre du Casino de Houlgate. C’est entendu, je dois être idiot. Ou pire : avoir des convictions, quelle horreur.

Publicités